Les cours de conduite et les contrôles

Les contrôles font partir des points cruciaux à connaître en conduite. Plusieurs candidats sont recalés à l’examen du permis de conduire, faute d’avoir maîtrisé les contrôles.

C’est quoi les contrôles en conduite ?

La route est un espace public réglementé. Pour un conducteur, les contrôles consistent à recueillir des informations pendant la conduite, afin de garder une connaissance sur l’immobilité et de la mobilité des usagers autour du véhicule. On peut citer 3 types de contrôles :

  • Le coup d’œil à travers le pare-brise;
  • Le regard à travers les rétroviseurs;
  • Le coup d’œil porté en direction de l’angle mort et des vitres. (Voir schémas de la SAAQ)

Par ailleurs, il existe 2 situations de contrôle :

  • les contrôles irréguliers, c’est-à-dire ceux qui précèdent des actions particulières;
  • et les contrôles de routine.

Il est important de rappeler que les contrôles doivent être brefs et réguliers pendant la conduite. Le conducteur doit toujours avoir une connaissance globale de ce qui se passe  autour de lui. Le coup d’œil à travers les rétroviseurs, pare-brises, angles morts et vitres, doivent durer quelques secondes.

Les contrôles de routine

Les contrôles de routine doivent être permanents. Ils sont en effet des prises d’informations nécessaires au bon déroulement de la conduite. Ces types de contrôles ne sont rien d’autre que de simples coups d’œil à travers les rétroviseurs intérieurs et extérieurs pour s’informer de ce qui se passe autour du véhicule.

Les contrôles irréguliers

Les contrôles irréguliers varient et sont nombreux. Le premier contrôle dans cette catégorie est celui du pré-départ : avant de se lancer dans la circulation, le conducteur effectue un contrôle complet autour de lui (coup d’œil côté trottoir, rétroviseurs, angle mort…). Cet exercice consiste à s’assurer que son insertion dans la circulation ne causera aucune gêne.

  • Le contrôle du pré-freinage : il consiste à respecter les distances de sécurité avant et pendant le freinage. Le conducteur jette un coup d’œil à travers ses rétroviseurs, avant d’engager cette action.
  • Le contrôle à l’intersection : dans ce cas, le conducteur se sert des angles morts et du rétroviseur intérieur pour contrôler le comportement des usagers avant d’engager un virage à gauche ou à droite.
  • Le contrôle dans un rond point : le conducteur à l’approche de cette zone de circulation dense et fluide, céder tout d’abord la priorité à gauche. Il s’informe ensuite du comportement des usagers présents derrière son véhicule à travers son rétroviseur intérieur. Il concentre ensuite son attention du côté gauche du véhicule afin de s’informer de la mobilité des usagers venant de ce côté. Au moment de la sortie, le conducteur est appelé à jeter des coups d’œil brefs et répétés à travers rétroviseurs et angles morts, peu importe la direction qu’il s’engage à prendre.
  • Les autres contrôles tels que : le pré-changement de file et la pré-insertion sur l’autoroute nécessitent également l’usage des rétroviseurs et des angles morts pour une conduite réussie.

En somme, les contrôles pendant la conduite ont toute leur importance, il est quasi impossible pour un candidat de passer son permis de conduire s’il ne maîtrise pas les notions de contrôles. Il est important donc que l’école de conduite délivre des cours de conduite de qualité qui englobent toutes ces notions de sécurité et de contrôles.

Visitez par exemple la meilleure école de conduite au Québec: http://www.ecolelauzon.ca/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *